jeudi 15 juin 2017

le Projet 70273 au lycée professionnel Armand Malaise, épisode 2

Retour au lycée mardi après-midi. Dommage, une grève des trains a éclairci les rangs. Mais ....
Première découverte

Quelle richesse, quelle créativité!



  Avec du relief


  
Avec le même matériau pour les croix du haut, un ruban en velours qui roule sur lui-même, les croix du dessous avec ce ruban ouvert et bien fixé, et la croix en bas à droite avec des tous petits morceaux du ruban cousus au bout de la croix. Et quatre broderies différentes pour une seule croix. La jeune fille aime travailler à la main et a fait un stage de broderie à Lunéville.

 La photo du dessous n'est pas très bonne, je l'ai retravaillée comme j'ai pu pour vous montrer le S en perles sur la croix gauche. C'est la façon qu'a trouvée cette jeune fille pour rendre hommage à une personne chère à son coeur. Touchant, vous êtes d'accord avec moi!

Malgré une lassitude parfois perceptible, certains continuent à faire des croix avec patience, recherche, avec d'autres matériaux. La boite à boutons se vide.



Et puis, ils ont envie d'assembler eux-même LEUR quilt. Je leur avais proposé la veille de le faire moi-même. Je trouve vraiment positif qu'ils le fassent. Je leur avais expliqué hier que les quilts seront exposés dans les Ardennes au printemps prochain et plus tard aux Etats-Unis.

Choix de la disposition 
Vérification de l'assemblage par leur professeur
  Oser choisir, oser dire ce qu'on préfère. "Madame, ça va comme ça? Je le mets où, celui-là?" Et inlassablement, Mme Mougel les encourage, les pousse à faire LEUR choix, à se faire confiance.
J'explique qu'en patchwork, on couche les coutures, pour que les restes de laine du rembourrage ne passent pas entre les coutures quand les femmes faisaient des quilts utilitaires. Et maintenant, on garde cette technique qui sert aussi à faire ressortir ou pas un morceau de tissu.
Avez-vous vu sur la machine à coudre ce morceau de tissu qui entoure le bras? C'est pour y piquer les épingles. Pratique! Je ne connaissais pas ce truc de couturière.

Et puis, l'atmosphère s'alourdit. Une élève est en colère, seule, en souffrance. A l'autre bout de la pièce, un groupe s'est formé et des regards assez noirs s'échangent. Une professeur emmène l'élève en souffrance dans le couloir pour discuter avec elle.  Mme Mougel m'explique que l'élève est dysphasique, que ça entraîne des incompréhensions, des malentendus. Moi qui ai un fils dyslexique qui a beaucoup souffert en milieu scolaire d'incompréhension, qui a eu beaucoup de colères de frustration au moment des devoirs, je ne peux qu'être attentive. Il est maintenant adulte, sa dyslexie est devenue une richesse mais il a encore parfois des moments difficiles en déphasage avec les autres car la dyslexie n'est pas juste un problème de lecture. La dysphasie est un trouble neurologique du langage qui entraîne des difficultés de compréhension, de l'organisation (comme beaucoup de "dys" -lexie, praxie..) et de communication.
Une autre professeur discute avec le groupe, leur explique les difficultés de cette élève, leur parle de handicap, de la violence verbale de leur âge sans les culpabiliser, des stratégies que les "dys" élaborent pour vivre avec les autres. 
Je rejoins ce petit groupe et demande si je peux leur parler. Et je leur dis que le Projet 70273, c'est ça au présent : faire attention à celui qui est différent. Pour qu'ils comprennent les difficultés de cette élève, j'ai utilisé la métaphore de la langue étrangère, de le langue différente. Ca tombe bien, j'ai mon expérience d'expatriée et dans la classe, il y a une jeune fille syrienne arrivée en janvier. Je leur dit que cette jeune fille dysphasique, c'est un peu comme si elle parlait une langue différente. Alors, elle a parfois du mal à les comprendre et eux ont du mal à comprendre certains de ses comportements. "Madame, elle n'a pas les mêmes codes que nous" C'est ça, vous avez compris!!! Je vois leur regard qui change. La jeune fille revient dans la classe avec la professeur. Elle est apaisée. Je lui explique la métaphore que j'ai utilisée pour expliquer à ses camarades. Je lui dis aussi qu'elle a des talents. Son visage est lumineux. Les enfants "dys" ont des talents insoupçonnés, pas en adéquation avec l'école. Je lui dis que mon fils a souffert et que maintenant, il est un excellent professionnel. Et je leur dis à tous qu'ils ont du talent, de la créativité. Ma parole extérieure à l'établissement est complémentaire de celle des profs, est reçue différemment. Il y a eu beaucoup d'écoute. Les professeurs et moi avons continué sur la nécessité du dialogue pour résoudre les malentendus, les petites disputes, sur la difficulté d'aller discuter, bien sûr mais nous les avons encouragés.  Nous avons semé des graines chez ces jeunes.
C'était d'une telle richesse! J'ai vu des sourires timides, des sourires rayonnants. Je les ai tous remerciés, élèves et professeurs et leur ai tous embrassés, les exubérants comme les timides. Ils m'ont remerciée, profs et élèves. Je ne me souviendrai pas de leurs prénoms mais je me souviendrai toujours de ces moments de partage et Leur quilt aura toujours une place particulière dans mon coeur.
Voilà où le patchwork et le Projet 70273 m'ont emmenée ce mardi après-midi. Cadeau!
Les buts du Projet 70273, commémorer, porter l'attention sur les personnes différentes, sensibiliser les jeunes ont tous été atteints et c'est tout simplement génial!

Je les retrouve dans deux semaines. J'espère que les trains circuleront. J'ai très envie de tous les revoir. Je leur apporterai d'autres de mes quilts. De leur côté, ils auront assemblé leur top. Je le prendrai et le quilterai pendant l'été. Je leur rapporterai en septembre. Il sera exposé au CDI de septembre à décembre. Ensuite, je le reprendrai pour les expos de mars et mai auxquelles ils seront bien sûr invités.

Prenez bien soin de vous :-)
A bientôt. 

Articles déjà parus sur le Projet 70273  : cliquez sur chaque lien ci dessous.
Une semaine intense et positive
Une belle journée à Villers-Semeuse
Premier middling
Deuxième middling
Le Lycée Armand Malaise, épisode 1

mercredi 14 juin 2017

Le Projet 70273 au lycée professionnel Armand Malaise, épisode 1

Muriel Mougel est professeur en "génie industriel textile et cuir" au lycée professionnel Armand Malaise à Charleville-Mézières. On pourrait dire plus simplement, prof de couture mais je pense que ce serait un raccourci non approprié. Vous verrez pourquoi plus tard dans cet article.
Lors de ma présentation du Projet 70273 à Villers-Semeuse, elle m'a proposé de faire participer ses élèves au projet. Ce sont des élèves de seconde qui préparent un bac pro en "métiers de la mode, option vêtement".

Lundi matin, la professeur d'histoire a fait un cours expliquant le projet et son contexte historique. Les élèves ont été très intéressés, ont posé beaucoup de questions, ont été choqués par cet épisode de l'Histoire.
Je suis ensuite intervenue pour présenter plusieurs de mes quilts. A la demande de Mme Mougel, j'ai mis l'accent sur les techniques que les élèves pourraient utiliser plus tard dans leurs créations vestimentaires, sur la liberté, la créativité. Quand j'ai fait une erreur, est-ce que je découds ou pas. Oui, si ça heurtera mon regard quand le quilt sera fini, non, si je peux en faire quelque chose.

Et Mme Mougel a bien insisté sur le fait que toutes les croix seraient bien, qu'il n'y avait pas de notion de beau-pas beau. Que les élèves avaient l'opportunité d'essayer. Elle leur a rappelé qu'ils auraient un faire un grand projet de vêtement original. A eux de'expérimenter!

J'ai parlé de la possibilité de rendre hommage à une personne et une élève m'a posé des questions, visiblement désireuse de le faire.
Les élèves avaient fait quelques dessins préparatoires, je ne les ai hélas pas tous pris en photos.



 J'ai passé du temps avec eux
à discuter



à rassurer, à conforter dans les idées, à admirer!

 et à nouveau à donner des explications sur des techniques utilisées dans mes quilts, à la main, à la machine...
et je les ai laissés travailler.

Rendez-vous pris pour le lendemain...

Alors, pour vous aussi, à demain :-)

mardi 30 mai 2017

Le Projet 70273, deuxième middling, la colombe de la paix

En terminant le premier middling très dense et lourd symboliquement, j'avais dans l'idée d'en faire un autre léger, avec plus de paix. 
Mon mari part pour de longs déplacements en ce moment, je suis donc plus souvent dans ma maison ardennaise. J'y ai d'ailleurs apporté toutes mes affaires de patchwork, pas encore tous mes livres et une bonne partie de mes affaires de broderies. Quand je rentre aux Pays-Bas pour quelques jours, je vais voir mon esthéticienne adorée et mes amies. Mon agenda est bien organisé! Quand nos agendas sont compatibles, je demande à Fabienne une séance de reiki. La dernière a eu lieu alors que je venais de finir le premier middling et que j'attendais mon retour pour commencer le deuxième. Fabienne s'est rendue compte que j'étais plombée énergétiquement et a compris rapidement que c'était dû au travail sur le premier middling. Elle m'a conseillée d'en faire un autre en relation avec la nature et au moment où elle me parlait, me donnait des exemples, une tourterelle est venue se poser sur la fenêtre et a roucoulé. Je ne crois pas aux hasards, je crois aux signes de la vie, de la nature. L'idée que j'avais en tête était de broder la colombe de la paix de Picasso. La tourterelle est venue me confirmer d'aller dans ce sens!
Picasso a dessiné plusieurs colombes. J'ai eu beaucoup de plaisir à broder cette colombe toute simple.



Elle est brodée de paires de petites croix avec du Perlé 12, coloris 115 de DMC. C'est un fil dégradé rouge. On devine un peu le dégradé sur la dernière photo.
Le tissu de fond est un tissu fleuri pour accentuer le côté nature.

Dès le départ, je savais que je voulais faire une finition simple en facing ou en parementure ou invisible, au choix de la dénomination!
Katell avait fait un article. Sophie en a fait un autre où elle a montre les tutos qu'elle a testés. Comme elle, j'ai une préférence pour celui de Terry Aske. Il m'a donné entière satisfaction pour les coins alors que je ne suis jamais très patiente et méticuleuse pour les finitions.

 J'aime la simplicité de ce middling et le fait que le regard soit juste accroché par la colombe et pas du tout par les bords. Le voici dans notre cour, accroché aux branches de saule blanc.

 Il a le numéro #161 dans l'inventaire de Jeanne . Et il rend hommage à 234 personnes assassinées.

Mes deux middlings dans notre cour et dans notre couloir.


J'ai très envie de broder pour moi la colombe de la paix, celle-ci ou une autre version de Picasso plus colorée.

Prenez bien soin de vous, je vous souhaite la paix dans vos coeurs.

A bientôt.

dimanche 14 mai 2017

Le Projet 70273, premier middling.

Je viens de regarder le blog de Jeanne Hewell-Chambers pour retrouver à quelle date j'ai commencé ce middling. 


 C'était tout début février. Jeanne proposait de coudre des paires de croix sur un tissu blanc de 45 x 55 cms. Les deux croix devaient être similaires, les paires éloignées l'une de l'autre pour les différencier.
Mon idée est venue très vite pendant le repas suivant la lecture de l'article de Jeanne. Quand j'ai dit à mon mari que j'avais une idée, il m'a répondu avec un sourire "Ca se voit!"...
J'ai voulu écrire le nombre 70 273. J'ai choisi un tissu que j'avais depuis longtemps dans mes stocks et que je ne savais pas trop comment utiliser. Je crois qu'inconsciemment j'ai voulu la légèreté des libellules pour compenser la lourdeur que je voulais broder. J'ai découpé les chiffres sur du papier et j'ai dessiné les contours.
Puis, j'ai testé les croix en rubans sur les chiffres

J'ai réalisé qu'il serait plus facile de commencer par broder les croix du fond car j'allais utiliser en autre de la feutrine pour les chiffres. Je voulais que ce middling soit dense, presque étouffant, que l'impression en le voyant soit "NON, C'EST TROP!!!!" Car oui, 70273 personnes assassinées à cause de leur handicap, c'est TROP! Une personne assassinée du fait de son handicap, ce serait déjà trop!

J'ai commencé à broder des croix avec le Perlé 12 Dmc rouge. Croix très sages au début, puis je me suis vite ennuyée de faire toujours les mêmes croix donc j'ai innové au gré de mon inspiration.




 A la fin, j'ai fait de plus en plus dense! 
 Lors de ma présentation aux puces des couturières de Villers-Semeuse, on pouvait déjà voir ce que donnaient les croix brodées sur le fond. Je n'avais pas encore terminé le coin du 3.
Puis j'ai cousu les croix sur les chiffres.
J'ai failli rebroder des paires de croix à certains endroits pour que ce soit encore plus dense mais je n'en ai pas eu le courage.
Je voulais accentuer encore les chiffres et j'ai fait d'une pierre deux coups, j'ai quilté en même temps. D'une pierre trois coups, car j'ai encore brodé des paires de croix, petites et simples. Essai concluant.

Arrière fini
Endroit fini

Dans notre cour, accroché sur les branches de saule blanc qui donnent des courbes à notre sapin en bambou et recyclées en déco extérieure.


J'ai demandé à mon mari s'il pouvait m'aider à compter les croix. Je voulais qu'il découpe la photo du quilt en quatre ou six et m'imprime ces morceaux. J'aurais minutieusement entouré et compté toutes les paires de croix. Comme il est en vacances, il est allé plus loin que je ne lui demandais et les a comptées. Sur le coup, je n'étais pas contente quand il m'a annoncé le nombre, frustrée de ne pas l'avoir découvert moi-même. Puis, je me suis très vite dit qu'il m'avait fait gagner du temps, ce qui en ce moment n'est pas mal. 
Il a mis un point jaune sur chaque croix et a noté les points jaunes au fur et à mesure.
1162 croix, 566 personnes à qui je rends hommage. Et c'est là l'essentiel.
Ce middling a le numéro 147, donné par Jeanne. Je dois encore coudre la manchon. 
Je le montrerai lors de la prochaine journée France Patchwork Marne-Ardennes, puis il prendra le chemin de Lacaze pour l'exposition de juin. Il reviendra ensuite chez moi pour un temps et sera montré sûrement l'année prochaine dans les Ardennes.

Après ce middling très dense et très chargé symboliquement, j'ai besoin d'en faire un plus doux. Je viens juste de le démarrer.

Je vous invite à aller découvrir deux middlings superbes, le deuxième (le premier que vous découvrirez) étant juste fabuleux, en allant sur ce blog :
brodibidouillages et compagnie. 


Je pars quelques jours chez une amie près de Vienne. Des balades, un concert, la visite de la maison de Klimt, tourisme dans Vienne et du papotage, bien sûr :-)

Prenez bien soin de vous. A bientôt :-)


mardi 2 mai 2017

Quilting Bee, trois mois d'un coup!

En janvier, je vous ai montré le premier mois du Quilting Bee organisé par Alice. Nous entamons le cinquième mois. Il sera plus facile pour moi. Je ne vous en dis pas plus, juste que je me suis entraînée avec le quilt de Max.

Même processus pour moi pour les quatre premiers mois :
- à la réception des demandes : sympa le modèle! 
- au moment de choisir les tissus : excitation
- au moment de couper et de coudre :
 mais pourquoi je me suis inscrite? C'est trop précis pour moi. En plus, avec le pied d'1/4 d'inch, le tissu ne rentre pas bien sous le pied. Ah oui, un petit bout de tissu pour aider. Oh zut, je dois découdre.
- à la fin : sympa le résultat. Finalement, j'en ai bavé un tout petit peu mais qu'est ce que c'est agréable de découvrir un bloc, de jouer avec des couleurs différentes chaque mois. C'est sûr que la couture précise, c'est pas mon truc mais je me débrouille pas trop mal :-) Et en plus, j'augmente ma collection de papillons puisque j'en offre un ou deux à chaque Reine et je garde pour moi leurs jumeaux. Je pense en faire une guirlande à la fin du Bee.
Donc, je suis TRES contente de faire ce Bee. De plus, nous échangeons sur Facebook et surtout par courriels et c'est génial. Au fil des mois, une grande solidarité, un grand respect, un bel humour, c'est tellement bon. J'aime vraiment l'énergie de groupe!

Allez, je vous montre.

En février, Cocopatch a été la Reine.  Son blog s'appelle "Atelier de Cocopatch" Elle est une des organisatrices du challenge "100 jours, 100 blocs".
Je lui ai envoyé ces deux blocs et un papillon.


Nous avons été séduites par ce modèle et étonnées de voir comment la simple inversion des tissus semble donner des blocs différents

Sandrine a été le Reine de mars. Son blog : SB créations . 
Sandrine fait de la danse sportive. Comme les tenues sont chères, elle s'est lancée pour confectionner les siennes. Ses réalisations sont impressionnantes, en tenue de danse ou en vêtements. Son dernier anorak est juste magnifique. Sandrine a démarré le patchwork il y a un peu plus d'un an. Elle fait le défi "100 jours, 100 blocs". Pour le Bee, elle est restée dan les mêmes tons de base, noir et gris. Le tuto du bloc est ici .
J'avais beaucoup de tissus gris. J'ai finalement choisi ceux-ci :


Le choix des tissus des papillons a été plus difficile. En fait, j'ai fait plusieurs papillons et certains étaient d'un triste à pleurer. J'ai donc choisi ces deux tissus gris.



Mon fils pour qui j'avais fait le quilt noir et blanc m'avait demandé des papillons. Dans mon élan du tissu noir sorti de sa boite, j'ai fait ces deux-là :
 
Eh oui, j'ai des trésors dans mes boites!

La Reine du mois d'avril est une autre Corinne, notre abeille suisse. Elle n'a pas de blog mais fait partie de l'association des BB Quilts Genève. 
Corinne gardera un bloc pour elle et l'autre bloc sera pour l'association qui soutient les grands prématurés et leurs parents.
Ayant entendu parler de l'intérêt de ces quilts pour les prématurés, j'en avais fait un pour des amis à la naissance de leur petit Louis. C'était mon premier article.
Corinne avait demandé des couleurs pétantes complémentaires :


J'avais commencé à couper du tissu jaune bien pétant pour me rendre compte en route que je n'en avais pas assez. Je me suis rabattue sur ce jaune-orange. J'ai eu juste ce qu'il faut mais plus assez pour faire les papillons. Sur la photo ci-dessous on voit la vraie couleur violette et finalement violet et blanc font un beau papillon, je trouve.


Un peu d'inquiétude la semaine dernière car plusieurs d'entre nous avaient envoyé leur précieuse enveloppe mais Corinne ne les avait pas reçues. La douane suisse passe par là et prend son temps. Un tas de paquets les a  peut-être intrigués. J'attends donc que Corinne nous dise qu'elle a reçu mon paquet pour poster cet article. Comme le 1er mai n'est pas férié en Suisse, elle aura peut-être la surprise en rentrant du travail.

Ce quilting Bee est vraiment agréable. L'une de nous a eu un gros coup de mou, se demandant si elle n'allait pas arrêter car elle n'était pas sûr de pouvoir envoyer ses blocs avant la fin du mois. Il y a eu un bel élan de solidarité tout au long du week-end et nous avons eu de beaux échanges. Et bien sûr, aucune abeille ne quittera la ruche :-)

Voilà, Corinne a reçu hier quatre enveloppes. L'une de nous (non, je ne cafterai pas) lui a écrit : "maintenant, tu peux l'avouer, le facteur ne passe qu'une fois par semaine chez toi???!!!". Vous voyez, l'humour a toute sa place dans le groupe.

Un dernier petit mot. Je sais pas différents canaux que vous avez été très touchées par mon article sur Rachel. Merci de vos mots et de vos belles pensées. Nous avons pu dire au revoir à Rachel d'une très belle façon.

A bientôt. prenez bien soin de vous, les abeilles et tous et toutes :-)

jeudi 20 avril 2017

Rachel

La première fois que je t'ai vue, tu avais presque 6 ans. A notre mariage, tu en avais 9. Pour tes 20 ans, je t'ai fait une boite en cartonnage. En août 2004, je t'ai découverte avec bonheur enceinte. Gilles, mon mari, ton cousin avait juste oublié de me le dire. Tu étais rayonnante.
Il y a deux ans et demi, je t'ai offert ces trois papillons et j'en avait gardé trois pour moi pour être en lien avec toi.
Je t'avais écrit que j'avais acheté ces tissus aux Pays-Bas. Ils avaient été créés spécialement pour une organisation de soutien aux femmes atteintes d'un cancer du sein. Je te souhaitais que la force de ces femmes t'accompagne pendant ton traitement et t'emmène sur le chemin de la guérison. Tu m'avais envoyé une belle carte avec de beaux mots de remerciements.

Tu devais te marier le 15 avril, jour de tes 48 ans. Le mariage a été avancé au mercredi 12 avril. Le mardi, quand j'ai su que le mariage aurait lieu le lendemain, j'ai confectionné ce coeur avec tout mon coeur.


J'avais depuis longtemps ces deux tissus. Ils attendaient. Ce jour là, c'était ceux-là, comme une évidence. J'ai brodé vos initiales et dans un coeur les prénoms de vos enfants. 

Gilles était à Toulouse. Il avait avancé son retour pour être là samedi mais être là mercredi n'était pas possible. Il m'avait offert il y a longtemps un tissu que j'adore. Je l'ai toujours utilisé par petits morceaux pour des projets particuliers. Il me restait un petit morceau. Il avait toute sa place sur l'autre face du coeur.

 Mercredi matin, j'ai fait le paquet cadeau et j'ai pris la route. Comme beaucoup, je suis partie bien en avance pour être sûre d'être à l'heure.


Sur le chemin, j'ai eu un appel de ton frère. Tu avais perdu conscience en fin de matinée. Le mariage n'a pas eu lieu. Nous t'avons accompagnée dans ta chambre, ceux qui étaient là et ceux qui ne l'étaient pas mais pensaient très fort à toi. J'ai hésité et j'ai décidé d'offrir le coeur à Benjamin.
Puis je suis partie pour te laisser avec ton compagnon, tes parents, tes enfants, ton frère né juste un an avant toi. C'est lui qui m'a prévenue une heure après que tu venais de partir.

Toi, Rachel, si discrète dont on n'entendait pas beaucoup le son de la voix lors des réunions familiales, tu as eu un courage et une volonté incroyable tout au long de ta maladie. Tu nous a réunis en présence ou en pensées pour t'accompagner dans tes dernières heures de vie. Merci, Rachel.

J'ai fait ce dernier papillon pour toi. Un tissu avec des tulipes roses, comme dans le bouquet de mariée que tu avais demandé. Nos cinq prénoms sont écrits sur l'envers. Le papillon butinera les fleurs du dernier bouquet que nous pouvons t'offrir aujourd'hui.



Repose en paix, Rachel.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...